Comment agir depuis ton entreprise en faveur du climat? (1/2)

Faut dire ce qui est: on passe quand même une bonne partie de notre journée sur notre lieu de travail. Alors si on a envie d’améliorer les choses, de contribuer aux solutions à mettre en place pour lutter contre le réchauffement climatique, contre l’érosion de la biodiversité, contre la pollution des océans, le génocide des Orang Outan en Indonésie, etc. mais qu’on a pas le temps d’aller manifester pour le climat et bloquer les rues de la capital (même si c’est marrant de se balader avec des pancartes et des super slogans…). Tout cela parce qu’on a un job à accomplir ou une boite à faire tourner, hé bien, il y a une idée toute simple en fait. Elle est à portée de main de chacun d’entre nous… C’est vraiment l’éléphant au milieu du couloir!

C’est d’agir directement dans son entreprise. Il suffit simplement de considérer son bureau ou lieu de travail comme un grand bac à sable. A bien y regarder il y a beaucoup de choses qui peuvent être entreprises, créées, adaptées, repensées et remodelées pour améliorer la situation et avoir un impact réel et positif direct tout en faisant des économies.

C’est la réflexion que j’ai eu tout en ayant la tête dans le guidon (comme beaucoup de monde). J’en avais ras le bol de lire des articles de journaux ou d’entendre des nouvelles à la radio qui vous disent ce que vous devez faire ou vous culpabilisent parce que vous ne l’avez pas encore fait tout cela parce que tu n’as juste pas le temps de le faire. Alors je me suis dis, ok, si j’arrive à changer des choses petit à petit dans ma propre maison, pourquoi pas aussi regarder ce que je peux faire à mon bureau.

J’ai donc passé au crible mon bureau de 85 m², en open space (sauf les toilettes, il faut pas déconner quand même) ainsi que mon équipe (on est 6 au total), pour voir ce que nous avions déjà fait ces dernières années mais surtout ce que nous pouvions encore faire, pour réduire notre impact sur l’environnement, améliorer la qualité de travail et de vie de l’équipe et faire des économies si possible au passage. Cela ne sauvera pas la planète, on est bien d’accord, mais les bonnes actions ne peuvent pas faire de tord non plus.

Passage en revue succinct des postes avec lesquels nous avons fait joujou:

CAFE – on remplace la machine Nespresso par une Jura E6. On aboli les capsules toxiques et on achète du vrai café en grain. On arrête de nourrir une multinational, on redistribue mieux les richesses et on privilégie le commerce local de qualité. Les résidus de la machine à café sont doubles, du marc d’un côté et du pisse-jus de l’autre. Le premier part direct au compost tous les we. Le second sert à arroser les plantes extérieurs sur la terrasse. On évite ainsi environ 1.200 capsules/an. Ici c’est du RECYCLAGE local qui est mis facilement en place.

Chocolat et biscuits –interdiction formelle d’acheter du chocolat et des biscuits qui contiennent de l’huile de palme. Des alternatives existent comme la marque Deli Cata. C’est pas du Côte d’Or certes mais ça fonctionne très bien. On soutient ainsi une petite société qui monte plutôt qu’une grosse multinationale qui participe, notamment, à la destruction des forêts indonésiennes.

COURRIER – on REFUSE les publicités et si elles passent quand même la grille de protection de la boite aux lettres, alors c’est retour à l’expéditeur. Pour les autocollants gratuits, c’est par ici (Bruxelles, Wallonie, Flandres).

ECLAIRAGE –on remplace toutes les ampoules par des LED et on ajoute des plafonniers pour améliorer la luminosité. Je suis certain que tu as déjà entendu parlé de luminothérapie et de l’effet positif de la lumière, non?

EAU – achat d’une fontaine d’eau pour remplacer les bouteilles d’eau en plastique. ici c’est assez classique. Par contre, hors de question d’utiliser des gobelets en plastique. Il faut dire « non » même si c’est offert généreusement par le fournisseur. On utilise des verres en verre et on les nettoie au moins une fois par semaine. A raison d’une consommation moyenne de 12 bouteilles/semaine, nous évitons ainsi de jeter 624 bouteilles d’eau en plastique de 1.5 l à la poubelle mais surtout ici combien de milliers de gobelets en plastique évités.

ELECTRICITÉ VERTE – après 4 ans de location, nous avons pu acquérir les bureaux. Nous avons immédiatement pris un fournisseur d’énergie verte.

FENG SHUI– on range, on repeint et on redispose le mobilier + profilage privé pour chaque employé. Nous avons fait appel à Coralie d’Ursel dans ce domaine. Cadre de travail bien supérieur et bonne humeur à la hausse.

FOUR A MICRO-ONDES – il est tombé un jour en panne sans rien dire à personne. Au lieu de le « jeter » dans un parc à conteneur et d’en acheter un nouveau, j’ai testé un « REPAIR CAFE« . C’est gratuit, on rigole bien, on vous offre du café avec des petits fours et on vous répare votre machine. Que demander de mieux?!

Au niveau pécuniaire, quel est l’impact?

Coûts de consommation sur 12 mois passés
avant relation verte
Coûts de consommation sur 12 mois projetés après relation verteGains estimés
Capsules Nespresso
vers du café en grains
614.90 €243.96 €370.94 €
Chocolat Côte d’Or
vers Deli Cata
459.36 €214.56 €244.80 €
Ampoules classiques vers LED450 €50 €400 €
Eau en bouteille vers
fontaine à eau
702 €464,87 €237.13 €
Total des gains (1/2)1.252,87 €

La seconde partie de l’article passe en revue 9 autres sujets, soit 17 au total. A chacun de ces « problèmes » il y a une action positive possible. C’est la somme de ces actions, menées progressivement et un peu tous les jours, qui finit par réellement faire la différence en matière d’amélioration du cadre de travail pour l’équipe, de protection de l’environnement et de réduction des coûts.

Sur les 8 thèmes abordés ici, on a passé en revue la mise en application de 3 des 4 R (Refuse, Reuse, Recycle, Repair), l’un des principes de l‘économie circulaire. Il y en a d’autres également. Je m’étais toujours demandé comment je pouvais faire entrer l’économie circulaire dans mon bureau. Au final bête comme bonjour!!!

Chaque année, une société publie son bilan comptable, ses comptes de résultats et produit son bilan social, mais qu’en est-il du bilan environnemental? Je sais ce n’est pas une question qu’on se pose vraiment en se levant le matin.

Les 3 piliers du développement durable sont l’économie, le social et l’environnemental. On en parle depuis des années mais qui hormis les grandes entreprises se soucient de ce bilan environnemental, autrement que pour de la com ou du marketing? Je pense que conjuguer ce bilan aux deux autres pourrait amener une entreprise à progresser, à imaginer des combinaisons profit/développement durable par exemple. Soit dit en passant Solvay a développé un outil vraiment sympa dans ce domaine, le Sustainable Portfolio Management.

L’entreprise pourrait également penser à développer de nouveaux modèles économiques, économie circulaire, économie bleue, économie verte, économie symbiotique, etc, toutes porteuses de potentiel de croissance.

Regarde un peu si la boite pour laquelle tu bosses produit un tel bilan environnemental chaque année…

Un commentaire sur “Comment agir depuis ton entreprise en faveur du climat? (1/2)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s